Osmophoria

Photographie, lifestyle et plus encore !
Vue sur le lac de l'Eychauda
Quotidien

Randonnée – Le lac de l’Eychauda

Randonnées :

Col de Laurichard, Hautes Alpes
Lac de Leychauda, Hautes Alpes

Lors de mon séjour dans les Hautes Alpes, j’en ai profité pour faire quelques randonnées, plus ou moins sportives. Haut lieu du Parc National des Ecrins, le lac de l’Eychauda se retrouve souvent sur des cartes postales du fait de du bleu de ses eaux et de l’atmosphère qui s’en dégage. Alors, pourquoi ne pas aller le voir en vrai ?

Infos pratiques :

Longueur de l’ascension : 5,5km
Durée de l’ascension : 2h environ (2h30 annoncées sur les panneaux du Parc)
Dénivelé : +800m

Itinéraire de la randonnée, de Chambran au lac de Leychauda
(Cliquez sur l’image pour ouvrir la carte dans votre navigateur)

Du lac de l’Eychauda au col des Grangettes

Longueur de l’ascension : 700m
Durée de l’ascension : 0h20 environ (0h30 annoncées sur les panneaux du Parc)
Dénivelé : +150m

Itinéraire de la randonnée, du lac de Leychauda au col des Grangettes
(Cliquez sur l’image pour ouvrir la carte dans votre navigateur)

Quelques précautions sont à prendre avant de débuter cette marche :

  • L’itinéraire passant par le Parc National des Écrins il est important de respecter sa législation : pas de chien, pas de cueillette et respect des lieux obligatoires. Pour avoir toutes les informations sur la réglementation du Parc, vous pouvez aller sur leur site internet.
  • Il faut être en bonne santé et être capable de marcher de longues heures pour faire cette randonnée. Si vous sentez à n’importe quel moment de la balade que ça devient trop compliqué pour vous, n’hésitez pas et faites des pauses voir demi-tour. Ce n’est pas grave, ça arrive.
  • NE FAITES PAS CETTE RANDONNEE SEUL.E car un accident peut vite arriver : pierre qui roule, baisse de tension, etc. De plus, il n’y a pas toujours du réseau pour les téléphones.
  • Dans votre sac ayez de quoi vous hydrater et vous restaurer un minimum. Les fruits secs font très bien l’affaire, n’hésitez pas à en avoir en conséquence ! Prévoyez aussi de quoi vous protéger de la pluie, le temps peut virer très rapidement en montagne. Une trousse de secours avec quelques pansements peut être utile.
  • Prenez de bonnes chaussures de randonnée. Le chemin grimpe bien, il est souvent caillouteux, elles sont indispensables.
  • Faites cette randonnée le matin. Vous ne savez jamais combien de temps vous allez mettre à la faire. Ayez de quoi vous couvrir la tête, l’ascension se faisant dans un vallon très exposé au soleil, il vaut mieux se prémunir d’une insolation.

 

Déroulé de la randonnée

Le lac de l’Eychauda est un haut lieu du Parc National des Ecrins. De ce fait, de nombreuses personnes y vont en randonnée et les sentiers sont très bien indiqués. Il y a un parking gratuit à disposition, à la fin de Chambran. A partir de ce point, tout est guidé.

On démarre donc la randonnée dans le creux de la vallée, en traversant des pâturages et en longeant des ruisseaux. Si vous avez de la chance, vous verrez peut-être des marmottes ! (Cependant on ignorera complètement les panneaux éducatifs sur le bord du chemin. Promouvoir l’exploitation animale à base de « j’aime les animaux » avec à côté des photos de personnes strangulant des animaux c’est 100% non. Un jour on parlera ensemble de véganisme, promis.)

L’ascension débute en douceur et les plaines regorgent de plantes variées. Cependant, attention aux orties !

Digitales à grandes fleurs « Digitalis grandiflora »
Digitales à grandes fleurs «Digitalis grandiflora»

De la vallée, on ne peut apercevoir le lac. Il est dissimulé derrière une crête rocheuse, tout à gauche de la vallée. Même si le trajet parait moins pentu que celui du Col de Laurichard il n’en parait pas moins long.

Même si la pente s’accentue, le chemin fait de nombreux lacets. Et moi de nombreuses pauses. Bah hé ! On ne peut pas marcher et prendre des photos en même temps ! (Hashtag excuse foireuse)

Vue sur la vallée et les chemins en lacets
Vue sur la vallée et les chemins en lacets

Le paysage est très différent de ce qu’on a pu voir à Laurichard et les roches sont très très belles. On grimpe face à la montagne et on longe des blocs de pierre gigantesques.

Vue sur la vallée
Vue sur la vallée

Et après la souffrance, la réponse ! Caché jusqu’à la dernière minute, le lac se dévoile enfin derrière les rochers. Un décor de carte postale, mais en vrai et sans retouches.

Bord du lac de l’Eychauda
Bord du lac de l’Eychauda

Le pourtour du lac est très aride avec des pierres grises sur lesquelles se découpent de grandes plaques de neige. Le contraste avec le bleu dense de l’eau donne une atmosphère presque irréelle. Cependant, la vie subsiste toujours dans ces hauteurs : ça et là des fleurs font des tâches d’un jaune vif tandis que des oiseaux survolent les randonneurs déjeunant sur les bord du lac.

Abeilles butinants des fleurs d’Arnica sur les bords du lac
Abeilles butinants des fleurs d’Arnica sur les bords du lac

Après une pause déjeuner bien méritée vient le moment du choix crucial : continuer à grimper jusqu’au col des Grangettes ou redescendre ?
Aller, une demi-heure de grimpe supplémentaire n’allait pas me tuer ! (Spoiler : PRESQUE.)
Et c’est parti pour longer le lac !

Le glacier de l'Eychauda
Le glacier de l’Eychauda

Cette seconde partie de la randonnée est beaucoup plus compliquée que la précédente et ce à cause de plusieurs facteurs : on doit grimper 150m en en parcourant 700, bye les chemins en lacets. Presque bye le chemin d’ailleurs, puisque l’on progresse par endroit sur des éboulis. Et ne sous-estimez pas la puissance de la digestion.

Le lac de l’Eychauda
Le lac de l’Eychauda

Les derniers mètres se font difficilement : les pierres roulent sous les chaussures et on doit se servir par moment de nos bras pour se hisser.
Mais la récompense est là : nous sommes parvenus jusqu’au col des Grangettes, à 2684m d’altitude.

Col des Grangettes (alt. 2684m)
Col des Grangettes (alt. 2684m)

De là-haut le vent souffle fort, en bourrasque. Pas d’autres choix que de s’accroupir et de se tenir aux roches. Des deux côtés du col c’est à pic. Vous m’imaginez écrasée contre un caillou, essayant de prendre une photo sans perdre ni mon équilibre ni mon appareil photo ? Accentuez la grimace sur mon visage et vous n’êtes pas loin de la réalité ! Mais cette vue, olalala ! Les montagnes qui s’étalent sur des dizaines de kilomètres, les unes après les autres… Je n’avais jamais vu un tel paysage !

Vue du col des Grangettes
Vue du col des Grangettes

Ce qui est bien lorsqu’on s’accroche à son caillou comme une moule à son rocher, c’est qu’on a bien le temps d’observer les plantes qui (sur)vivent dans le coin !

Fleurs surplombant la vallée
Fleurs surplombant la vallée

Doucement, on débute la descente…

Vous vous rappelez que l’on devait grimper la fin du chemin avec l’aide de nos mains ? Forcément, pour la descendre c’était la même… Sauf que descendre en tournant le dos au vide moi ça ne me rassure pas, mais alors pas du tout !
Mais bon… quand on va doucement ça passe !

Le glacier de l’Eychauda
Le glacier de l’Eychauda

Les éboulis étaient relativement simples à passer en montant. En descendant, tout se passe bien tant que l’on fait attention à où l’on pose ses pieds… Jusqu’au caillou fourbe qui roule et fait glisser sur plusieurs dizaines de centimètres. Quand c’est dans le sens du chemin, ça va. Quand c’est directement vers le vide…
Je me suis reconnaissante d’avoir de bons réflexes et de m’en être sortie qu’avec des mains légèrement abimées !
Alors que l’on galerait comme il fallait sur les éboulis, on s’est fait doubler par une dame avec des bâtons de marche. Apparement, avoir des bâtons de marche est très aidant sur ce type de terrain ! Donc si vous en avez, n’hésitez pas à les prendre avec vous. Glisser c’est moyen rigolo quand même.

Vue sur le lac de l'Eychauda
Vue sur le lac de l’Eychauda

A partir du lac, la descente est plus simple et si vous êtes à l’aise vous pouvez avancer à un bon rythme !
Au niveau du parking se situe la Buvette de l’Eychauda. Comme on avait épuisé toutes nos réserves d’eau on s’est accordé 5min de pause pour boire un jus et souffler avant de reprendre la route. Assis en terrasse, on a vu deux marmottes en moins de 5min. Mais genre à même pas 15m ?? J’aurais su je n’aurais pas grimpé mais passé mon après-midi à faire de la photo animalière à la buvette !

 

Ceci dit, c’était une très belle randonnée et la montée jusqu’au lac est faisable avec des enfants ayant l’habitude de bien marcher. En revanche, l’ascension au col des Grangettes est à faire avec des personnes adultes et en bonne condition physique ! Le plus important est de prendre son temps et de bien profiter !

J’espère que ce récit de randonnée vous a plu et je vous dit à très bientôt pour un nouvel article !

Toutes les photos illustrant cet article ont été prises par un Fujifilm X-T10 avec un objectif Fujinon XF 23mm

 

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *