Osmophoria

Photographie, lifestyle et plus encore !
Le plan d’eau reflétant les montagnes de la vallée d’en face
Quotidien

Randonnée – Le col de Laurichard

Randonnées :

Col de Laurichard, Hautes Alpes
Lac de Leychauda, Hautes Alpes

Lors de mon séjour dans les Hautes Alpes, j’en ai profité pour faire quelques randonnées, plus ou moins sportives. L’une des plus sympathiques et dont je vais vous parler aujourd’hui est une randonnée qui part du Col du Lautaret pour monter jusqu’au Col de Laurichard en passant par la Combe du même nom.

Infos pratiques :

Longueur de l’ascension : 2.9km
Durée de l’ascension : 3h environ (Google annonce 1h07 mais IL MENT)
Dénivelé : +600m

Itinéraire de la randonnée
(Cliquez sur l’image pour ouvrir la carte dans votre navigateur)

Quelques précautions sont à prendre avant de débuter cette marche :

  • L’itinéraire passant par le Parc National des Écrins il est important de respecter sa législation : pas de chien, pas de cueillette et respect des lieux obligatoires. Pour avoir toutes les informations sur la réglementation du Parc, vous pouvez aller sur leur site internet.
  • Il faut être en bonne santé et être capable de marcher de longues heures pour faire cette randonnée. Si vous sentez à n’importe quel moment de la balade que ça devient trop compliqué pour vous, n’hésitez pas et faites des pauses voir demi-tour. Ce n’est pas grave, ça arrive.
  • NE FAITES PAS CETTE RANDONNEE SEUL.E car un accident peut vite arriver : pierre qui roule, baisse de tension, etc. De plus, il n’y a pas toujours du réseau pour les téléphones.
  • Dans votre sac ayez de quoi vous hydrater et vous restaurer un minimum. Les fruits secs font très bien l’affaire, n’hésitez pas à en avoir en conséquence ! Prévoyez aussi de quoi vous protéger de la pluie, le temps peut virer très rapidement en montagne. Une trousse de secours avec quelques pansements peut être utile.
  • Prenez de bonnes chaussures de randonnée. Le chemin grimpe bien, il est souvent caillouteux, elles sont indispensables.
  • Faites cette randonnée le matin. Vous ne savez jamais combien de temps vous allez mettre à la faire. Personnellement j’ai mis 4h30 à faire l’aller-retour, avec beaucoup de pauses mais quand même.

 

Déroulé de la randonnée

Le départ se fait du parking du Col du Lautaret. Pour celleux qui ne connaissent pas ce lieu (comme moi au début) il s’agit d’un col célèbre auprès des cyclistes pour sa technicité et sa beauté. Et comme vous pouvez le voir, la vue est magnifique.

Vue du Col du Lautaret
Vue du Col du Lautaret

Le chemin débute par une petite pente. On traverse une prairie de montagne avec son lot de plantes plus ou moins endémiques. Il y a beaucoup de variétés différentes, il ne faut surtout pas hésiter à passer du temps à les observer !

Fleurs des prairies
Fleurs des prairies

Plus l’on avance, plus la végétation se raréfie pour passer à des alpages moins denses.  Mine de rien, en regardant en arrière on s’aperçoit que ça monte bien !

Vue sur les montagnes d’en face
Vue sur les montagnes d’en face

On continue le chemin sur un versant ensoleillé quand de l’autre côté l’autre versant dénué de végétation dévoile peu à peu de petites cascades cachées derrière d’énormes blocs de roche sombre et que des plaques de neige apparaissent çà et là.

Vue sur le chemin entre les roches
Vue sur le chemin entre les roches

Même si le paysage devant nous devient de plus en plus désertique, quelques plantes survivent malgré tout. On voit principalement des plantes grasses, très résistantes, mais parfois des fleurs apparaissent de derrière des roches !

Fleur solitaire
Fleur solitaire

Même si la roche sous nos pieds parait jaune et claire, avec les jeux d’ombres et la distance celle du versant en face parait d’un gris foncé menaçant. Les plaques de neige se font plus proches !

L’approche de la neige
L’approche de la neige

La pente se fait plus douce et la végétation se fait plus présente. On arrive sur un petit plateau avec un point d’eau en son centre. On en profite pour faire une bonne pause et se dégourdir les jambes sur du plat, nous avons fait un tiers du trajet. Le col parait tellement loin ! Il n’est même pas visible pour l’instant !

En repartant on croise un groupe de randonneurs redescendant du Col. Ils ont eu la chance de croiser des chamois à ce point d’eau ce matin et une hermine un peu plus loin ! Même si on ne la voit pas pour le moment, il y a de la vie dans ces montagnes !

Le plan d’eau reflétant les montagnes de la vallée d’en face
Le plan d’eau reflétant les montagnes de la vallée d’en face

Le chemin continue et on se retrouve à nouveau à grimper en marchant sur des cailloux. En plein milieu du passage se trouve une plaque de neige. La traverser en montée reste simple mais on sait que vu l’état de la neige la descente dessus ne va pas manquer de piquant.
C’est pas grave, la vue est belle et on a fait la moitié du chemin.

Vue en plongée du chemin
Vue en plongée du chemin

La pente s’accentue encore, la difficulté à tenir un bon rythme aussi. Je fais des pauses régulières, prétextant prendre des photos des plantes qui parviennent à survivre ici. Ce qui n’est pas vraiment un faux prétexte !

Anémones en fruit
Anémones en fruit

… Des pauses très régulières…

Plantes grasses et moins grasses des montagnes
Plantes grasses et moins grasses des montagnes

La dernière partie du chemin est vraiment très rude. Le chemin commence à faire des lacets mais pas assez pour compenser le dénivelé. On se retrouve à nouveau dans une végétation d’alpage ! L’occasion d’apercevoir nos premières marmottes de la randonnée !
Malheureusement elles étaient assez loin et mon 35mm n’a rien pu faire pour avoir une photo correcte. Mais on en a vu pour vrai !

Enfin, on arrive en haut du col ! La vue est MALADE. La vallée de l’autre côté du Col se déroule sous nos yeux, sur des kilomètres.

Vue plongeante sur la vallée
Vue plongeante sur la vallée

Il ne faut pas avoir le vertige ! Il y a un chemin pour redescendre de l’autre côté du Col mais il est un peu trop à pic pour nous faire envie. On préfère prendre notre temps avant la descente et profiter de la vue imprenable sur La Meige en face de nous. On savoure pleinement la fin de notre ascension !

Vue sur La Meige et ses neiges éternelles
Vue sur La Meige et ses neiges éternelles

La descente est ma partie préférée d’une randonnée. Peut-être parce qu’il s’agit de se laisser porter par son poids et d’essayer de suivre le plus possible avec ses jambes ? Le fait est que pour le coup j’ai fait bien moins de pause photo !
Comme prévu, le second passage sur la neige fut plus compliqué que le premier. Personne n’est tombé mais ce n’est pas passé loin !
On a croisé des familles avec enfants qui commençaient à grimper, mais je ne suis pas sûre que la balade soit très facile pour des enfants en bas âge. Pour des 13-15 ans c’est faisable en y mettant les moyens, mais pour plus jeunes ça me paraît compliqué.

Arrivés au point d’eau, on a revu des marmottes ! Les filoutes étaient toujours trop loin pour mon appareil photo cependant. Donc en fonction de l’heure à laquelle vous faites cette randonnée il y a moyen de voir un peu de faune !

Vers le dernier quart de la descente, le temps a tourné à la pluie. Nous étions assez proches de la voiture pour ne pas attraper froid, mais c’était tout juste ! D’où la nécessité d’avoir toujours des vêtements de pluie « au cas –où » même si ça prend de la place dans le sac.

 

J’espère que ce récit de randonnée vous a plu et je reviens dans deux semaines pour vous raconter en image une randonnée au lac de Leychauda !
Et si vous passez par les Hautes Alpes en été et que vous en avez l’occasion, n’hésitez pas à essayer cet itinéraire ! Même si ce chemin n’est pas à la portée de tou.te.s les vues en valent largement la peine !

Toutes les photos illustrant cet article ont été prises par un Fujifilm X-T10 avec un objectif Fujinon XF 23mm

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *