Osmophoria

Photographie, lifestyle et plus encore !
Couverture du livre L'art de la pose
Photographie Review

L’art de la pose – Osez le narcissisme

Bonjour à tou.te.s !

On se retrouve aujourd’hui pour parler d’un livre que j’attendais depuis très longtemps : L’art de la pose – Osez le narcissisme de Florence Rivières.
Pensé comme un manuel pratique à la destination des modèles, grandement basé sur le témoignage de l’autrice, cet ouvrage hybride avait de quoi m’intriguer. Alors, le livre était-il à la hauteur de mes (grandes) attentes ?

Fin 2015, je commençais à peine à poser les mains sur un appareil photo et je blaguais régulièrement avec des amis photographes quand au fait de poser. Ce que je n’ai jamais fait, partagée entre la peur de ne pas savoir faire correctement et la peur de gâcher le temps et le travail de le.la photographe.
Je suivais déjà quelques créateur.ices, modèles et photographes sur les réseaux sociaux (principalement via Facebook, on ne va pas se mentir) de manière plus ou moins assidue. C’est par ce biais que j’ai pris connaissance du projet de Florence Rivières d’écrire un livre sur la pose. Je ne la suivais pas particulièrement mais j’avais vu à plusieurs reprises ses travaux et ils me plaisaient.
J’ai donc participé in extremis au crowdfunding de L’art de la pose.

L’art de la pose, l’objet

Couverture du livre L'art de la pose
Le livre fait environ 300 pages et mesure 14x22x1,8 cm. Ce n’est pas un grand format, il se faufile donc parfaitement dans mon sac à main ! Il est doté d’une couverture souple et mate et présente  une photo à presque toutes les doubles pages. Les pages sont d’un beau papier mate, permettant un beau rendu des photos. Je suis vraiment contente de la qualité d’impression des photos ! Pour moi, c’est vraiment un bel objet.
Point bonus, l’autrice utilise l’écriture inclusive !

L’art de la pose, le contenu

Le livre L'art de la pose ouvert

Je précise dès ici que mes propos sur le contenu du livre sont fait de mon point de vue d’observatrice extérieure du monde de la photographie et de néophyte de la pose.

Je n’attendais pas de ce livre d’être un catalogue de pose, mais plutôt de parler de la relation modèle-photographe et pour cela il est au dessus de mes espérances.

Après les traditionnels avant-propos et préface, Florence Rivières questionne la pose. Qu’est-ce qu’exactement poser, pourquoi le faire, quelles implications dans notre société ? Qu’est-ce qui donne de la légitimité à quelqu’un pour poser ? Quelles sont les enjeux de la photo ?
Cette partie est très dense et réclame beaucoup de réflexion. De fait, c’est la partie qui m’a paru quelque peu difficile à comprendre, car elle fait lien avec beaucoup de concepts philosophiques. Je pense qu’il faut en faire plusieurs relectures pour complètement en saisir le propos.

Les parties suivantes sont consacrées à la séance de photo à proprement parler. L’avant (trouver un.e photographe de confiance, monter son projet), le pendant, et l’après (le retour des photos, la retouche, etc).
Je me demande si ce ne sont pas les parties que j’ai préféré. C’est écrit de manière simple et claire, avec des exemples précis, des témoignages… Et cerise sur le gâteau, elle parle en clair de communication, de consentement et de respect !
Tiercé gagnant, il ne fallait rien de plus pour que j’applaudisse des deux mains.
De surcroît, l’autrice écrit de manière très honnête et sincère, ce qui est clairement ressenti durant la lecture. Elle veut faire au mieux.

La partie suivante est axée sur (l’absence de) le cadre légal de la profession de modèle.
Très juridique et précise, cette partie soulève aussi des questionnements sur la place qu’occupent l’art et les créateur.ices (autre terme ?) dans le monde du travail. Comment parvenir à (sur-)vivre lorsque faire de l’art n’est pas considéré comme un travail méritant salaire ?

La dernière partie avant la postface s’intéresse à la place du modèle dans la sphère publique. Comment vivre publiquement le fait d’être modèle ? Quelles implications au quotidien ? Comment gérer entre le soi et l’image que le spectateur a de soi ?
Que des questions très complexes dont la réponse ne peut être que partielle.

Chose très chouette, à la fin du livre se trouve une belle bibliographie. Devinez qui a encore des livres à lire et des vidéos à regarder ?

Florence Rivières voulait écrire un mode d’emploi de la pose comme celui qu’elle aurait voulu avoir à ses débuts. Pour moi, le pari est superbement tenu. Elle soulève de nombreux questionnements qui sont loin d’être absurdes et je le redis, elle parle avec sincérité. Par ce livre, elle offre un portait global du métier de modèle tout en offrant un témoignage vivant et vibrant.

Est-ce qu’elle m’a donné l’envie de tenter de poser ? HELL YES.
Mais plus que ça, elle m’a fait découvrir, réfléchir au monde de la photo mais aussi à l’image que j’avais de moi, à ma manière de m’appréhender.

Pour tout ceci, bravo Madame !

Infos pratiques :

Le livre est disponible en version papier pour 30€ (+7€ de FDP) et en eBook pour 15€.
Pour l’acheter, il suffit de passer par le site internet du livre ! https://lartdelaposefr.wordpress.com/
Il existe aussi une page Facebook reliée au livre : https://www.facebook.com/lartdelapose/?ref=br_rs

L’autrice, Florence Rivières, qui est aussi modèle (évidemment), comédienne et photographe possède un site internet et une page Facebook 

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *